vendredi 29 janvier 2016

Le feu aux pieds

Ludwig - Dijon - Coach Capra
Qui, dans les pelotons, n'a pas entendu parler du feu aux pieds ? Cette pathologie est handicapante car elle contraint le cycliste à arrêter son effort pour se déchausser, voire marcher quelques pas sur la route.

Le pied est constitué de 26 os, 16 articulations, 107 ligaments et 20 muscles.

Ces pieds de l'homme moderne, malmenés par l'utilisation des chaussures qui nuisent au fonctionnement des 20 muscles, vont petit à petit perdre de leur tonicité.

En cyclisme,  le pied ne déroule pas au sol puisque l'appui doit se faire sous l'arche métatarsienne.

Si il y a cet échauffement appelé feu aux pieds c'est avant tout que la voûte plantaire qui possède le réseau veineux ne permet pas le retour veineux contrairement au bipède qui par compression (à la marche) chasse le sang des pieds à chaque pas.

Pendant le pédalage, ce sont les mollets qui doivent assurer la remontée du sang vers le cœur. La position du pied sur la pédale limite le rendement musculaire des muscles du mollet.

Les principales causes du feu aux pieds sont :
- chaussures trop grandes, 
- cales sur engagées, 
- semelle intérieure de mauvaise qualité. 

Lorsque les chaussures sont trop grandes, lors du pédalage, le pied a tendance à bouger dans la chaussure et là le cerveau du bipède va commander de serrer les sangles pour bloquer le pied dans la chaussure et, de fait, le pied va être serré et le retour veineux va être freiné.
 
Lorsque vous voulez acheter une chaussure de vélo il faut mesurer votre pied le soir et ajouter 8 à 10 mm à la valeur trouvée ce qui correspondra à la longueur extérieure de votre chaussure de vélo et, dans cette situation, votre pied sera maintenu mais pas serré. 

Ce choix de longueur est important pour pouvoir ensuite régler l'engagement des cales afin que l'appui se fasse sous l'arche métatarsienne et cela est capital ! Une cale sur engagée va elle aussi freiner le retour veineux, limiter la souplesse de la cheville et limiter la capacité à tourner les jambes. 

Si le cycliste n'y prête pas attention la semelle intérieure sera de mauvaise qualité aussi je conseille de remplacer les semelles d'origine par des semelles de qualité.

Au delà de ces trois causes, il y a :
- le retour veineux insuffisant, 
- l'utilisation de gros braquets, 
- le cuissard qui serre les cuisses.

Certaines personnes ont des problèmes de faiblesse du retour veineux peu handicapant en situation de bipède car la marche active le retour mais, sur le vélo, il en est tout autrement. Ces personnes doivent se faire préparer des semelles sur mesure qui auront pour tâche de fléchir sous l'appui du pied et de remonter dans la phase de remontée du pied pour activer la "pompe" et donc le retour veineux. 

L'utilisation de gros braquets à faible fréquence de pédalage va aussi ralentir le retour veineux car si la contraction musculaire est importante la fréquence l'est moins et est dans tous les cas insuffisante pour assurer le retour veineux efficace. Dans ce cas il faut revoir l'ensemble de la position pour mettre le cycliste en situation d'optimiser la fréquence de pédalage afin d'améliorer le retour veineux par la fréquence des contractions.

Ce sont les principales causes du feu aux pieds, d'autres existent mais moins fréquentes.

Comment améliorer la situation :
- avec des socquettes adaptées à la pratique du cyclisme et au temps chaud, ces chaussettes que l'on trouve sous différentes marques évacuent la chaleur des pieds, 
- en talquant les pieds, 
- en associant l'homéopathie avec des granules d'arnica 9CH avant les sorties, 
- mais aussi avec la friction des pieds avec une composition de formol 10 g, glycérine5 g, alcool de lavande à 90° dans un flacon de 150 ml,
- avec des bas de contention pendant l'effort, 
- avec des semelles adaptées, 
- en marchant pieds nus. 

Je vous invite à débattre de tous ces sujets avec Ludwig, coach Capra à Dijon, spécialiste du cyclisme.

Pour contacter Ludwig : manager@gregory-capra.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire