mardi 5 janvier 2016

Impressions après un premier bootcamp

Repas chinois du jour d'après
A l'occasion de vacances à Paris, pour la nouvelle année, j'avais envie de tenter la formule "bootcamp", dont Greg me parle depuis longtemps.

Me voici donc, ce samedi 2 janvier 2016, à l'heure, au rendez-vous de 10h30. Nous sommes dans un petit square, mais j'apprends vite que l'entraînement ne va pas se dérouler là, mais deux pâtés de maison plus loin, sur un terrain multisports aménagé. Les immeubles d'habitation, l'entourent à la manière d'un amphithéâtre.

Ce n'est pas Thomas qui va officier aujourd'hui, mais Stan, 23 ans, moins grand, mais très trapu. Ca se voit carrément, qu'il est très sportif.... Dans son œil, on lit l'amour des défis, et la volonté de nous pousser en dehors de notre "zone de confort". Et la séance s'avérera quasiment être un cours particulier, car nous ne serons que deux, certaines demoiselles s'étant faites charmer, ce matin là, par leur oreiller.

Stan nous annonce d'ailleurs vite la couleur, en nous disant "Vous me faîtes 70 pompes, d'une manière ou d'une autre". Je dois dire que je ne m'attendais pas à ça, 70 me paraissant un nombre " inatteignable".

Et c'est là toute la magie du processus ! J'arrive vite à mes limites. Alors je m'arrête un moment, mais le deal, c'est d'y arriver, à ces 70. Alors Stan ne me lâche plus, m'encourage, me dit de ne pas subir. A mon grand étonnement, les répétitions s'enchaînent, de manière plus ou moins régulières, et le nombre de 70 devient finalement une réalité.

"Les freins ont lâché !". A un moment donné, je n'écoute plus mon cerveau , j'enchaîne les reps. Et étonnamment, le corps suit. Je me suis entendu dire, (dans un état proche de l'Ohio) : "Stan, tu m'amènes là où j'ai jamais été" et il me répond : "C'est ça qui est bon !".

Pendant deux heures, de nombreuses postures, tractions, squats, se sont succédées, avec l'énergie communicative du coach, qui nous poussait toujours plus, dans un esprit de défi ludique, et quasi initiatique.

Au final, j'ai donné comme jamais je ne me pensais capable. "Et c'est ça qui est bon !" (Dixit). On ressort lessivé, mais fier de tout le travail accompli.

Les jours d'après , j'avais le corps endolori, mais aucune douleur réellement notable.

Mon corps avait subi un traitement de choc, mais qui m'a fait beaucoup de bien. Encaisser pour mieux se dépasser, enlever mes barrières mentales qui m'empêchent d'avancer.

Vous comprenez donc qu'au delà de l'entraînement proprement physique

Stan m'a donné aussi ce jour là une belle motivation, une raison supplémentaire de croire en moi, et surtout, l'envie de recommencer.

Et si vous le croisez, donnez-lui ce code : 7 19 22 30

Je ne sais pas comment il a fait pour que je m'en souvienne... au milieu de tout ce programme "musclé". Si au départ, je ne savais pas à quoi il allait me servir, c'est lorsque je me suis aperçu trois jours après, que je m'en souvenais encore, que j'ai compris.

Moralité : 
"Plus fier de toi, d'un bootcamp tu ressortiras
Car tes peurs, tes limites tu vaincras,
Et ainsi, tu avanceras.
Alors, rejoins la Team Capra !!" 

Eric - 42 ans - Le Vigan

Pour participer au prochain bootcamp : manager@gregory-capra.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire