Revenir à l'accueil

dimanche 26 mai 2019

Elongation musculaire, claquage musculaire ou déchirure musculaire ?

Le massage du sportif
Quelle différence y a-t-il entre l’élongation musculaire,
le claquage musculaire et la déchirure musculaire ?

L’élongation musculaire
Lors d’un effort musculaire, les fibres du muscle sont étirées plus qu’il ne le faudrait. C’est un étirement soudain, fort et rapide des fibres. Cependant, même s’il s’agit d’une lésion certaine des muscles et de l’enveloppe de ces muscles, les fibres ne sont pas rompues.
Le sportif  ressent une douleur immédiate et très localisée au niveau d’un muscle, d’un tendon ou ligament. Souvent, cette douleur oblige  à s’arrêter dans son effort en cours et elle peut être ressentie jusqu’au lendemain.

Que faire en cas d’élongation ?  
Sur place, il faut appliquer la méthode « GREC ». C’est un acronyme permettant de bien  mémoriser les gestes à faire.

Glacer la zone douloureuse (à l’aide d’une vessie entourée d’un linge). Le temps optimal de glaçage pour être sûr de son efficacité sans pour autant léser les tissus fibreux et musculaires sous-jacents sera de 10 minutes par tranche de ¾ d’heure. Cette technique aura l’avantage de permettre un retour à la normale de  la température cutanée tout en refroidissant la partie profonde du muscle.
Poser votre vessie de glace pendant 10 minutes, puis retirez-là et laissez reposer la zone pendant 45 minutes. Recommencez l’opération si besoin (lorsque le sportif n’a pas déjà été évacué ou pris en charge par les secours médicaux).

Faire Reposer le sportif blessé, c'est-à-dire ne plus faire d’effort physique pour ne pas risquer d’aggraver la situation, une élongation se transformant parfois en claquage musculaire.

Elever la partie lésée (avec un angle de 45° au moins pour être efficace). Ceci permet d’améliorer et de soulager le retour veineux car les pulsations du cœur pourraient risquer de créer un épanchement sanguin dans les tissus musculaires.

Compresser à l’aide d’un bandage pour les mêmes raisons que l’élévation de la partie lésée. De plus, la compression permet de soulager la douleur.

Ne pas masser le muscle lésé, car outre la douleur occasionnée, cela risquerait aussi de provoquer une calcification du muscle massé si celui-ci était trop souvent et profondément sollicité par un massage. Les cas sont rares, mais ils existent…

Ne pas étirer non plus le muscle concerné (au moins pendant 4 à 5 jours) car les fibres musculaires étirées sont encore fragiles et cela risquerait de provoquer un épanchement sanguin. Par contre, 5 ou 6 jours après la survenue de l’élongation, un massage léger est possible avec pour objectif de nourrir la zone blessée et lui apporter, grâce à une vasodilatation locale, les nutriments nécessaires à sa cicatrisation. 

Le sportif devra consulter un médecin qui effectuera une échographie afin de voir l’étendue réelle des dégâts musculaires ou tendineux.

Enfin, le temps de guérison est d’environ 7 jours avec un repos complet pour permettre la cicatrisation. Ensuite, le sportif pourra reprendre une activité physique légère.

Pour savoir si la reprise d’une activité physique n’est pas trop précoce en cas de blessures des membres inférieurs, une astuce consiste à monter et descendre un escalier sur plusieurs étages. Plus aucune douleur ne doit se faire sentir lors de cet exercice, sous peine de devoir attendre encore quelques temps pour recommencer à pratiquer un sport. Vous pouvez toujours essayer le même exercice sur les mains en cas de blessures des membres supérieurs !!...

Le claquage musculaire
Lors d’un mouvement d’étirement trop important et trop rapide du muscle, il y a rupture de plusieurs fibres musculaires. Cependant, le claquage ne pourra se produire que si cet étirement est contrarié dans le mouvement. L’exemple le plus marquant est le footballeur qui shoote dans le ballon et se fait un claquage des muscles ischios-jambiers. L’extension de sa jambe pour shooter dans le ballon a été freinée trop rapidement et de ce fait, a exposé le muscle à une blessure.

Comme pour l’élongation musculaire, la douleur, très vive, oblige à l’arrêt de l’effort avec une sensation de  « coup de poignard ».

Un bruit de claquement (comme le son d’un coup de fouet) est aussi caractéristique du claquage musculaire.

Un épanchement sanguin (ecchymose) peut apparaître assez vite. Cependant, lorsque le claquage est profond, il peut apparaître à la surface de la peau jusqu’à 24 ou 48 heures plus tard. Il se situe souvent juste en dessous du point de claquage.

Il faut savoir qu’un claquage ne survient jamais tout à fait par hasard. Des études ont montré que la fragilité du  muscle est aussi très dépendante de l’état général de nervosité du sportif.

Que faire en cas de claquage ?
En cas de survenue d’un claquage musculaire, il faut appliquer la méthode GREC, comme pour l’élongation. La consultation d’un médecin devient obligatoire pour investiguer l’étendu de la lésion.
En fonction de la gravité du claquage musculaire, le sportif devra observer un repos pouvant aller jusqu’à 60 jours ou plus.

La déchirure musculaire
Aussi dénommée rupture musculaire car la rupture du muscle est complète,  la totalité des fibres musculaires ou tendineuses sont rompues de part et d’autres, comme « coupées en deux ».

La douleur ressentie est franchement très vive, pouvant même aller jusqu’à la syncope.
Un claquement sec peut être entendu lors de la blessure et une grosse ecchymose ou un hématome (poche de sang) apparaît très rapidement.

Le muscle ne pouvant plus se contracter, il forme « une boule » de chaque côté de part la rétractation de ses fibres élastiques.

Que faire en cas de déchirure ? 
Une déchirure-rupture totale est une urgence médicale. Après avoir rassuré le sportif blessé, glacer la zone douloureuse, compresser les muscles rétractés et faire consulter immédiatement un médecin qui prendra la décision d’emmener le blessé à l’hôpital pour une intervention chirurgicale (les fibres musculaires ou tendineuses devront être recousues).


L’importance de la lésion nécessite un repos complet de 6 à 10 mois, voire plus. Pour une meilleure cicatrisation, les membres sont souvent plâtrés. Des séances de rééducation sont nécessaires après une telle lésion, les muscle devant retrouver toute leurs mobilités.


Article rédigé par Stéphane Quéry

Formateur en massage sportif 
Auteur du livre « Le massage du sportif » - Editions Vie - 2015

Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire